retour à la page d'accueil
emballage
son à télécharger Brel
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : emballage     » photo : christo-jc-reichstag-mit-quadriga-2600371 / n°1 sur 7

   +    ++   D
L’ère de l’emballage.

Le vingtième siècle a été le siècle du grand déballage.
Grand déballage d’énergie, grandes exhibitions architecturales , des éléments de structure (profilés de Mies),
et de second œuvre (les tuyaux de Beaubourg,...)

Christo peut-il être considéré comme un précurseur du siècle qui vient ?
Un siècle où les nécessaires économies d’énergie nous contraignent à emballer chaque construction.
La difficulté est de concilier la maîtrise des flux thermiques avec d’autres fonctions du bâti : il ne s’agit pas seulement de protéger, mais aussi de mettre en relation.
Porosité de la paroi, considérée comme une peau, au sens biologique du terme, permettant les échanges qu’une simple barrière interdit.
Mais aussi :
Relation des occupants avec le paysage.
Mais aussi :
Expression du bâtiment.
Mais aussi :
Echanges de toutes sortes, entre humains de toutes sortes.

Ces barrières étanches en évoquent d’autres.
Jacques Brel chantait « une maison avec des tas de fenêtres et presque pas de mur », et c’était le modernisme.
Et nous voilà dans une époque où l’on reconstruit les murs : en Israêl, contre les Palestiniens, à Rio, contre les habitants des favelas,à Athènes contre les Gitans,...
Partout fleurissent « Condominios fechados », «Private Resorts»,quartiers enclos, sécurisés...
Cauchemars climatisés.
Je trouve que d'une manière générale, ça manque de trous, de failles, de vides, de manques, de courants d'air...

Et j’étouffe.
pas vous ?