retour à la page d'accueil
notre responsabilité
pdf à télécharger st martin d'hères
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : notre responsabilite     » photo : albalate 01 / n°1 sur 15

   +    ++   D
« La désobéissance de l’architecte », tel est le titre du livre d’entretien avec Renzo Piano, récemment traduit du « La responsablita dell’architetto ». (Arléa, 2007)
C’est dans l’entre-deux de ces expressions que se tient toute la question.

Notre responsabilité de Maître d’œuvre n’est-elle pas, dans un premier temps, de faire acte de désobéissance, d’objection de conscience, vis-à-vis de tout projet, qui, fût-il réalisé selon les normes de la soi-disant « HQE », n’est lui-même pas d’une utilité évidente pour le bien commun ?
Ne pas encore enrichir, donc le catalogue des objets inutiles !

L’espace, qu’il soit urbain ou pas, est un « bene comune », comme le rappelle Nicola Emery dans « Per una deontologia dell’architettura (Casagrande,2007) : notre métier nous oblige à le savoir, et à le respecter.
Et puis, il y a le rôle positif : En premier, comme aime à le rappeler R.Piano, la responsabilité de notre génération de constructeur, outre les considérations écologiques évidentes, est de transformer en ville toutes ces non-villes que sont les banlieues des grandes villes, partout dans le monde :
« … les banlieues se transforment en villes. Tel est notre grand , notre véritable enjeu pour les 50 prochaines années. »

J’illustre ceci par :
les gymnases réalisés à Vénissieux (69)
l’école construite à Epinay/Seine (93),
ou celle projetée à Pantin (93)
le collège en construction à St Martin d’Hères (38)
, en saluant la clairvoyance des élus qui ont compris que le matériau le plus fragile n’est pas le plus mal accepté, que tout ce qui nous ramène à une architecture carcérale participe de la construction d’une vaste prison commune, qui finit par enfermer tout le monde, dans ses révoltes, ou dans ses peurs de l’autre .

Même si ces projets, à eux seuls, ne règlent pas un problème d'urbanisme, et bien sûr un problème politique de ségrégation, c'est toujours mieux qu'un coup de Karcher.
ou du trop bien nommé "Taiseur", dont on n'a pas le droit de parler.
Pour en savoir plus sur la question des quartiers populaires, c'est ici : le Forum Social des Quartiers Populaires "Ce que l'on fait pour nous, sans nous, est fait contre nous" ( un jeune du FSQP)
Au-delà, comme y engage la règle en vigueur chez les Compagnons, notre responsabilité est de transmettre ce que nous avons apppris.
Ce à quoi s’essaie, autant que possible, ce site.

Actualisation au 26 février 2010 :
Etudes en cours :
Centre social et ludothèque dans le quartier du Mireuil à La Rochelle (17).
Consultation en cours :
Gymnase L.Lumière à La Ciotat (13)
Chantier en cours :
CFA à Gennevilliers (92)

Même notre Président affirme qu'il faut " prendre la question des banlieues à bras-le-corps (...), les intégrer comme jadis Paris a intégré les faubourgs (...). ".(le Monde du 28 février 2010)
Les intégrer dans le programme de ses déplacements, serait déjà un pas, après trois ans d'absence et de plus lointains voyages ?